Lisez ceci avant de prendre des résolutions

Dans mes souvenirs, je n’ai jamais réussi à tenir une résolution de fin d’année plus d’un mois.

Au plus tard le 30 janvier , je retombais petit à petit dans mes bonnes vieilles habitudes comme les 85 % de français qui n’arrivent pas à tenir leurs bonnes résolutions. 

Pris par la ferveur du mois de décembre ( guirlande, sapin, achat de cadeau de fête de fin d’année), je déclarais de grands objectifs de vie ( être en meilleur santé, mieux m’organiser, profiter de chaque instant) mais je savais au fond de moi que cela manquait de conviction. 

D’ailleurs, si nous observons le contexte du mois de décembre (long repas, chocolat, cadeau, achats de tout genre, excitation, retrouvaille, etc) dans lequel les résolutions sont faites, nous pouvons les considérer comme une sorte de deal avec son ego pour se donner bonne conscience 🙂 

En 2015, j’ai donc pris la décision de supprimer le mot résolution de mon vocabulaire et cela m’a permis d’atteindre mes gros objectifs de vie. 

Laissez-moi vous expliquer pourquoi les résolutions ne marchent pas à moins de…

Tout d’abord, la majorité des résolutions viennent des choses que nous DEVONS faire.

Vous et moi savons ce que “je dois, il faut que” veut dire 🙂

Combien de fois vous vous êtes surpris à dire “je n’ai toujours pas fait telle ou telle chose…. Alors que je dois le faire”

Les résolutions ne sont pas le fruit de nos désirs profonds.

Ensuite, les résolutions impliquent la création de nouvelles habitudes ou la modification de celles qui existent déjà. 

Les habitudes sont des réponses automatiques et conditionnées que nous avons créées. 

Nous nous levons le matin, nous sortons du lit, nous nous dirigeons vers la machine à café. Le soir, en rentrant, nous nous jetons sur le canapé, allumons la télé avec le paquet de chips ou de gâteau.

En plus, nos résolutions ne sont tout simplement pas ancrées dans la réalité. 

Un exemple de résolution qui n’est pas ancrée dans la réalité serait “ je veux perdre du poids”. 

En lieu et place de cela, si vous dites, je veux consommer 50 % de sucre en moins pendant une semaine, c’est tout à fait réaliste et faisable. 

Ce sera certes une petite victoire, mais cela vous préparera pour atteindre des objectifs beaucoup plus grands. 

Les résolutions de fin d’années manquent de plan d’exécution.

Prendriez-vous le volant de votre voiture pour vous rendre à un endroit précis sans GPS ni carte en main ?  

Alors pourquoi faire la même chose quand il s’agit de résolution ? 

« UN RÊVE SANS PLAN N’EST QU’UN SOUHAIT. » (ANTOINE DE SAINT EXUPÉRY)

Nous manquons de soutien dans nos résolutions

La route est bien longue quand on est seul et sans soutien. 

Si vous tenez tout de même à prendre des résolutions de nouvelles années, je vous suggère de créer par exemple un groupe de soutien avec des amis. 

Faites régulièrement le point sur vos avancées et n’ayez pas peur de parler de vos échecs et de tendre la main en cas de besoin. 

Et enfin, les résolutions prennent du temps. 

Si l’on vous propose de récupérer 50 euros maintenant et 100 euros dans 30 jours, si vous êtes comme la majorité, vous mettriez les 50 euros dans votre poche. 

“ Un tien vaut mieux deux que l’auras” 

Dès que les résultats tardent à être visibles, la plupart des Hommes ont tendance à passer à autre chose. 

Les résolutions ne nous donnent pas une raison pour tenir dans la durée. 

Et tant que ce n’est pas le cas, il est difficile de les tenir dans le temps. 

Si les résolutions ne sont pas la solution pour atteindre des objectifs, que devons nous faire dans ce cas ? 

Il existe une formule toute simple que j’ai appris pour atteindre ses objectifs.

But, Priorité, Productivité. 

Ces 3 mots déterminent le degré de réussite de vos projets. 

Laissez-moi vous raconter une fable. 

En se rendant à Chartres, Charles Péguy aperçoit sur le bord de la route un homme qui casse des cailloux à grands coups de maillet. Les gestes de l’homme sont empreints de rage, sa mine est sombre. Intrigué, Péguy s’arrête et demande :

– « Que faites vous, Monsieur ? »

– « Vous voyez bien », lui répond l’homme, « je casse des pierres ». Malheureux, le pauvre homme ajoute d’un ton amer : « J’ai mal au dos, j’ai soif, j’ai faim. Mais je n’ai trouvé que ce travail pénible et stupide ».

Un peu plus loin sur le chemin, notre voyageur aperçoit un autre homme qui casse lui aussi des cailloux. Mais son attitude semble un peu différente.  Son visage est plus serein, et ses gestes plus harmonieux.

– « Que faites vous, Monsieur ?», questionne une nouvelle fois Péguy.

– « Je suis casseur de pierre. C’est un travail dur, vous savez, mais il me permet de nourrir ma femme et mes enfants. »

Reprenant son souffle, il esquisse un léger sourire et ajoute : « Et puis allons bon, je suis au grand air, il y a sans doute des situations pires que la mienne ».

Plus loin, notre homme rencontre un troisième casseur de pierre. Son attitude est totalement différente. Il affiche un franc sourire et il abat sa masse, avec enthousiasme, sur le tas de pierre. Pareille ardeur est belle à voir !

« Que faites-vous ? » demande Péguy

« Moi, répond l’homme, je bâtis une cathédrale ! »

Cette fable, nous démontre clairement que lorsque nous avons un but qui est grand, nous sommes enclins à rester concentrer sur nos priorités (chaque coup porté à la pierre) afin d’être plus productif. 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager, et à me laisser un commentaire pour me dire si vous prenez des résolutions et quels sont les résultats que vous obtenez avec. 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.